Skip to content

Blabla avec Karl [interview]

12 février 2013
Je me suis toujours demandée ce que ressente les autres et comment ils vivent les choses. Depuis que je suis mère, cette curiosité est encore plus grande. Je veux savoir comment les autres parents vivent ce passage de vie. Que ressentent t’ils  quand ils passent du statut d’ adulte insouciant et libre au statut de parent responsable et souvent inquiet. C’est sûrement ma grande curiosité, mon côté intrusif. Peut-être suis-je une journaliste refoulée, allez savoir ! J’ai donc décidé d’interviewer mes proches, mes amis et les gens que je rencontre sur leur parentalité. J’inaugure donc aujourd’hui ces interviews :
femme et enfants marchant de dos à londres, angleterreLa loupiote : « Qui es-tu ? Où vas-tu ? Dans quel état t’erres ? »
Karl : « Après avoir passé 3 années dans la riante campagne manchoise, dans un village près de Cherbourg, je suis installé à Londres avec ma meilleure moitié et mes deux filles depuis plus d’un an. J’ai dû lâcher mon boulot car la traversée de la Manche correspondait à une évolution de carrière de celle qui est devenue entre temps ma femme (preuve que je ne suis pas rancunier). Et donc, depuis, en attendant d’en retrouver un, de boulot, je suis house-husband, pas encore trop désespéré, m’occupant, entre autres choses, de mes filles et de mon foyer. »
La loupiote : « Présentes-nous tes enfants et décris-les. Quel est le principal trait de caractère de chacune d’entre elles ? »
Karl : « La première, est née en 2006 à Paris, et a grandis à l’ombre des vaches et des centrales nucléaires qui constellent le Nord-Cotentin. Elle avait à peine 4 ans quand quand elle a débarqué dans une grande ville comme Londres. Nous l’avons mise dans une école anglaise, où, en l’espace de quelques mois, elle s’est bien intégrée et est devenue pratiquement bilingue, avec un accent anglais de petite Queen. Ses parents en sont parfois réduits à lui demander ce que veut dire tel ou tel mot anglais. Comment la décrire en un mot ? Très prudente (parfois un peu trop :-)), réfléchie, et surtout très curieuse. La seconde, est née dans la Manche en 2009, mais avait à peine 18 mois quand elle est venue à Londres. Elle est l’opposée de sa soeur : espiègle, cheeky comme ils disent ici, elle fonce sans trop se poser de question, un vrai petit tourbillon prêt à faire toutes les farces et bêtises possibles, très rigolote, mais fatigante, parfois.
Du coup, après un démarrage difficile (grande jalousie de la part de la grande), elles se complètent et s’entendent assez bien, le tout émaillé de soudaines disputes, qui sont souvent assez rigolotes à observer en tant que parents. »
La loupiote : Qu’est ce que cela a changé en toi de devenir mère ? »
Karl : « Devenir père, ç’a été assez naturel, en fait. Pas que j’attendais ça depuis des années, au contraire, mais lorsque la première est arrivée, je n’ai pas eu l’impression de vivre un big-bang, mais au contraire de me couler rapidement dans ce nouveau rôle, comme si, inconsciemment, je m’y étais préparé ou avais mûri la chose. Le passage à deux a été plus difficile, parce que je n’avais pas trop anticipé la place qu’allait prendre la seconde, et je me demande toujours avec le recul comment il est possible de se sentir débordé avec un seul enfant.
Ce qui a été particulier pour moi, c’est qu’on a déménagé peu de temps après chaque naissance. Je me suis donc retrouvé à chaque fois pendant un temps sans travail, à m’en occuper à plein temps, dans une position plus « maternelle », avec son cortège de tâches très quotidiennes, pas toujours les plus funky :-). Mais j’en suis du coup hyper proche (trop, trouve leur mère :-)) tout en essayant de ne pas tomber dans le piège du « fusionnel ». »

La loupiote : « Comment décrirais-tu ton rôle de parents en quelques mots ? »

Karl : « Être parent, c’est d’abord effectuer constamment 10 métiers en même temps : juge (surtout avec deux enfants), négociateur, docteur, psy, infirmier, éducateur, flic, animateur de colo… On a des idéaux, des « valeurs », qu’on essaie tout d’abord appliquer soi-même, ce qui n’est pas toujours simple au quotidien, pour les transmettre, en les adaptant au caractère propre de l’enfant, et en espérant, dans le meilleur des cas, qu’il soit heureux, qu’il trouve ce qu’il l’intéresse ou le passionne. Mais on sait de quoi est parfois pavé l’enfer :-) »

La loupiote : « Question portrait chinois : si tu étais un végétal, lequel serais-tu et pourquoi ? »

Karl : « Pfff, je sais pas…une vigne, dont les grappes donnerait le meilleur des vins :-) ? »

La loupiote : « Ta devise ? »

Karl : « Je n’ai pas de devise, je ne crois pas qu’une conduite ne peut pas se réduire à une phrase ou un slogan. Mais s’il faut vraiment en donner une, je dirais : « ce dont on ne parler, il faut le taire » de Wittgenstein… »

Des labels pour la bureautique

15 janvier 2013

logo epeatIl existe plusieurs labels qui permettent de reconnaître le matériel économe en énergie ou présentant un impact global réduit. Donnons la préférence aux appareils portant un ou plusieurs de ces labels.

L’EPEAT (outil d’évaluation environnementale des produits électroniques) est devenu le label le plus répandu aux USA pour les ordinateurs et les écrans. Il se base sur 23 critères obligatoires et 28 optionnels couvrant la consommation d’énergie, l’utilisation de substances dangereuses, la durabilité du matériel etc . Selon le pourcentage de critères optionnels respectés, en plus des critères obligatoires.
Il y a trois niveaux pour le label : Bronze (seuls les critères obligatoires sont respectés), Silver (au moins 50% des critères optionnels respectés) et Gold (au moins 75% des critères optionnels respectés).
Ce label connaît de plus en plus de succès en-dehors des USA également  ; actuellement on trouve plus de 200 produits disponibles en Belgique dans la base de données de l’EPEAT. www.epeat.net

energystar_logoLe label « Energy Star » est disponible en Europe pour les ordinateurs, écrans, fax, scanners, photocopieuses et imprimante). Les appareils qui ont ce label peuvent passer automatiquement en mode veille lorsqu’ils ne sont pas effectivement utilisés, ce qui permet d’importantes économies d’énergie. www.eu-energystar.org

tco_logoLe label TCO est disponible pour les écrans, les unités centrales, les claviers et les ordinateurs portables. Ce label indique que le produit est ergonomique et que le processus de fabrication intègre des aspects environnementaux, par exemple les matériaux doivent être facilement triés et recyclés. Le produit doit également répondre à des exigences d’économie d’énergie et d’émission d’ondes électromagnétiques. www.tcodevelopment.com

L’Europe tente actuellement d’instaurer un éco-label global pour l’ensemble des produits de consommation, dont l’informatique. Peu de précisions sont disponibles. Pour les produits informatiques, il s’appuie à priori sur des critères tels que la réduction de la consommation d’énergie et l’utilisation d’un mode veille, la réduction du nombre et des quantités de substances dangereuses pour la santé et l’environnement, la reprise gratuite du matériel par le fabricant après utilisation, une conception favorisant le recyclage et la durabilité du produit.

http://www.greenit.fr/article/outils/les-eco-labels

 

Mon arbre de Noël écolo

19 décembre 2012

mon arbre de noël écolo

Sur mon arbre, il y aura du vin bio…

Un assortiment de crème du Docteur Haushka, parce que je le vaut bien !

Un T-shirt « Le cerf » de chez Laspid. Parce que leurs designs sont superbes, parce que le coton est bio et équitable. Bref, ils ont tout compris (en plus ils sont lyonnais) !

Et puis, une coque écolo pour mon iphone. Tout en bois d’érable et en noyer, travaillée avec des méthodes naturelles, ces coques sont magnifiques et protègent vraiment votre iphone, petit geek :)Vous pourrez le trouver chez  iWave.

Et parce ce qu’on ne se refais pas. Ceux qui me connaissent savent que le plus beau des cadeaux, celui qui me fera toujours plaisir c’est le chocolat… J’avoue, je suis chocolat-addict… Ma récente découverte c’est Choc-Fleurs, un chocolat bio aux pétales de fleurs et aux graines de chanvre. Après le choc gustatif et l’étonnement de nos papilles, on en redemande !

Et ce sera Aragorn alias Vigo Mortensen, déguisé en Père Noël qui m’apportera tout ça…

Choisir les oeufs bio

17 décembre 2012

comment choisir les oeufs bio

J’ai longtemps douté sur le marquage de œufs. Cela peut paraitre étonnant mais au moment de l’achat, souvent le doute s’immisçait. Est ce bio, pas bio, que faire?

Donc voici un petit rappel simple des règles de marquage pour vous guider lors de l’achat.

Grâce à la directive 2002/4/CE de l’Union européenne, le marquage des œufs est harmonisé. Obligatoirement, un œuf devra être marqué, sinon attention, méfiance! Le code imprimé sur l’œuf est la traçabilité de l’œuf, sa carte d’identité.

Il ressemble à quelque chose du type: 1FRCe qu’il faut regarder en priorité c’est le chiffre imprimé sur l’œuf avant les lettres FR

Code commençant par 3 : œufs de poules pondeuses élevées en cage, en batterie. Les pires !

Sur les boites d’œufs de poules élevées en cage, la qualité des œufs est mise en avant pour masquer le mode d’élevage qui n’est pas très vendeur… C’est ainsi qu’on peut y lire « œufs frais », « œufs datés du jour de ponte »… et en tout petit dans un coin « œufs de poules élevées en cage ».

Le changement des normes concernant les cages est une opportunité à saisir pour demander leur abandon. C’est maintenant qu’il faut agir !

Code commençant par 2 : œufs de poules pondeuses élevées au sol

Code commençant par 1 : œufs de poules pondeuses élevées en plein air

Code commençant par 0 : œufs de poules pondeuses élevées en mode biologique. La plupart du temps avec le logo AB sur la boîte.
Mon préféré évidemment. C’est le gage que ces poules sont nourries avec un minimum de 90% d’aliments biologiques.

Les poules pondeuses sont élevées en volière avec un accès à l’extérieur. Ce mode d’élevage n’est pas non plus sans problème puisque là aussi, elles sont quelques milliers à être parquées ensemble. Les poules sont alimentées avec 90% minimum de nourriture biologique.

A savoir !
Les œufs utilisés dans la fabrication de produits alimentaires proviennent le plus souvent de poules élevées en cage (sauf mention contraire sur l’emballage).

Attention au greenwashing ! Les mentions inscrites sur la boîte du type : œufs datés, œufs extra frais, œufs bien de chez nous, ou encore œufs comme chez mémé » ne sont que de la poudre aux yeux. Ne jugez vos oeufs que par le code imprimé sur l’œuf.

Attention aux œufs en vrac sur les marchés ou dans les supermarchés
Il arrive souvent que les œufs vendus en vrac soient issus de poules élevées en batterie (code 3), n’oubliez pas de vérifier le code sur l’œuf. J’ai souvent vu sur les étals des marchés des œufs sont code du tout. On vous dira souvent que ce sont des œufs frais provenant directement de la ferme et évidemment bio. Dans ce cas, méfiez-vous, toute vente d’œufs doit être certifiée et codée. Si ce n’est pas le cas, n’achetez tout simplement pas.

Plus d’info fraiches sur www.oeufs.org

Pour résumer, ce que veux dire le premier chiffre sur l’œuf :

  • Code 0 : œuf bio
  • Code 1 : œuf plein air
  • Code 2 : œuf au sol
  • Code 3 : œuf de batterie (à bannir)

La Case Bio aux Vans, 100% bio

23 mai 2012

laloupiotedubio_resto_bio_vans la terrasseDéformation blogistique oblige, je n’ai pas pu m’empêcher de dénicher de bonnes petites adresses green pendant mes vacances. Il faut dire également qu’étant en Ardèche en vacances, il était facile de trouver du bio. Beaucoup de militants écolos se sont installés dans cette région. J’étais plus précisément aux Vans, à quelques encablures de Vallon Pont d’Arc et de sa fameuse grotte Chauvet. Et ne me dîtes pas que vous ne connaissez pas la célébrissime grotte Chauvet ?! Ses peintures rupestres, ses jolis dessins d’animaux sur le mur datant de – 36 000 ans avant notre ère ! En comparaison, la grotte de Lascaux elle, ne date que de -24 000 ans avant notre ère, cette jeunette !

Bref, après cet aparté tout à fait ludique et culturel, revenons à nos moutons, le bio. Si d’aventure, vous vous égarez dans cette jolie contrée des Vans, essayez d’y être le samedi matin. Vous y rencontrerez tous les babas cool soixante-huitards venus vendre leurs fromages et autres confitures bio aux chalands que nous sommes. Vous imaginez donc le tableau et l’ambiance du lieu ! laloupiotedubio_resto_bio_vans_menu

Et au delà du fait que j’y ai dégusté des produits absolument délicieux (j’attribue la palme d’or à cette jeune fille dont le pain d’épice était exquis !), cela m’a permis de découvrir La Case Bio. Restaurant 100% bio par lequel je fût attiré comme une mouche sur un pot de miel, et comme par hasard, à l’heure du déjeuner. Nous voilà donc tous assis dans ce joli restaurant d’où je pus à loisir y savourer la décoration d’abord, puis les plats ensuite. Une déco très colorée, composée de peintures, affiches de festivals, et de bouquets de fleurs composés par la maîtresse des lieux. Des plats et mets uniquement bio et frais, car les tenanciers sont producteurs également (dur dur de mener les deux activités de front). Résultats : des plats de premières fraîcheur dont la provenance est totalement maîtrisée. Tout est fait maison, de la pâte à crêpe aux mousses au chocolat en passant par le pain !

Chapeau bas également pour leur implication dans la vie sociale et écologique locale. Ils sont le relais d’information et créateurs d’une vie sociale autour de leur restaurant. Le matin ou nous y étions, il y avait une grande manifestation contre le gaz de schiste (l’Ardèche est fortement concernée par ce fléau) et on pouvait retrouver là-bas toute l’information. Sinon d’après les affiches des Tea-time en anglais sont organisés ou encore des ateliers autour du maternage. Tout un programme !

Longue vie à ce beau projet ! Je suis même presque jalouse des Vanséennes et des Vanséens car j’aimerais bien que ce resto soit situé juste en bas de chez moi…

La Case Bio Restaurant-Salon de Thé – 1 Rue du Marché – 07140 Les Vans -Tél. 04 75 88 93 07

Blog : http://la-case-bio.over-blog.com/

J’ai engendré un bébé bio

16 octobre 2011

Même geste avec moins de sourcils et moins de poils sous les bras

Ce matin, petit déjeuner en famille. Layen tue les mouches, je comate les yeux dans le vide après une nuit en pointillés. Et oui, Ptilui à 4 mois trouve encore très très très sympa de faire un gros câlin à sa maman à 4 h du matin…

Une brique de lait de lait de riz vide traîne nonchalamment sur la table et tout le monde s’en contrefout.

Agile, Minizelle, 23 mois, attrape la brique, se lève prestement de table, jette la brique par terre et saute à pieds joints dessus. Imperturbable, elle empoigne la brique écrasée et ouvre la porte du local technique, là ou se trouvent les poubelles de tri. Sans sourciller, telle une joueuse de basket professionnelle, elle balance le bout de carton dans la poubelle jaune. Elle se frotte les mains, fait demi-tour et se réinstalle devant son bol de céréales.

Nous, médusés, nous l’a regardons bouche ouverte… un ange passe.

Fierté de maman.

PS: Avez vous remarqué que Tony Parker a 2 sourcils depuis qu’il a été marié à Eva Longoria ?

Mon pote SuperTri

13 octobre 2011

Même s’il est assez énervant, SuperTri est mon pote. Nous avons le même objectif finalement : sensibiliser les isèrois à l’écologie, à une attitude plus citoyenne. Sous sa cape ridicule, c’est un écolo. On ne peut lui en vouloir, il est payé par la Métro et essaye de sensibiliser les jeunes. Et puis cette vidéo est assez drôle !

Ce n’est pas la plus récente mais la plus drôle. Si vous voulez voir d’autres vidéos de SuperTri, c’est par là !