Skip to content

Rhône-Alpes et le nucléaire

16 mars 2011

Le cauchemar de Tchernobyl que nous considérions tous bien lointain et classé bien profondément dans la case « Mais non, pffff… ça ne peut plus recommencer, t’es trop bêêête ! … », est de retour ! Les japonais vivent une véritable apocalypse aujourd’hui. Nous ne connaissons pas encore toutes les retombées, mais le nuage radioactif ne va pas s’arrêter à la frontière (ça vous rappelle quelque chose?). Nous sommes tous touchés par cette catastrophe. Un tel événement ne peut pas rester sans remise en question profonde de notre mode de vie. Il faut changer tout de suite !

Alors, commençons par signifier au gouvernement notre désaccord. La prolifération du nucléaire ne peux plus durer. D’autres solutions existent, ne passons pas à côté. Commencez par signer La Charte-pétition de Sortir du Nucléaire

le nucléaire en france

Le nucléaire en France et en Rhône-Alpes

La France est le deuxième pays le plus nucléarisé au monde (après les États-Unis), et même le premier par rapport au nombre d’habitants (voir la carte ci-contre). L’Hexagone compte 58 réacteurs en activité, repartis dans 19 centrales. Avec 4 centrales et 14 réacteurs, un quart de la production nucléaire française se concentre en Rhône-Alpes. Or, c’est également dans le quart Sud-est de la France que le risque d’un tremblement de terre est le plus élevé. La région Rhône-Alpes est classée pour sa majeure partie en risque « modéré » ou « moyen ». Ce n’est qu’aux Antilles que le danger est encore plus important, d’après Xavier Rabilloud, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire à Lyon. « La région est typiquement exposée à des séismes pouvant atteindre une magnitude 6 », écrit l’Institut des risques majeurs (Irma) de Grenoble sur son site. Statistiquement, un tel tremblement de terre se produit 1 fois tous les 300 ans, selon l’institut. « Ce sont de simples statistiques », s’étrangle Xavier Rabilloud. « Un tel évènement peut se dérouler dans 300 ans ou dans 15 jours. » Article de Lyon-Info.

Pour s’informer plus:

Institut des risques majeurs (Irma) de Grenoble

Autorité de sûreté du nuclaire à Lyon

Article de Lyon-Info: Quelles conséquences tirer de la catastrophe nucléaire ?

Les alternatives possibles au nucléaire

Selon « Sortir du nucléaire« , elles seraient :

  • le développement des économies d’énergie,
  • la mise en place d’une autre politique énergétique basée sur les énergies renouvelables (éolien, solaire, bois…) fortement créatrices d’emplois,
  • le recours, en phase transitoire, à des techniques de production énergétique les moins néfastes possible pour l’environnement (centrales au gaz, cogénération …)

Signer la charte de Sortir du nucléaire!

 

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :